L’agence Fradin-Weck (Aix), l’architecte-urbaniste Bruno Fortier (Paris), l’agence Kern et Associés (Marseille) et l’agence Gautier Conquet Architectes (Lyon) sont les quatre concepteurs en lice pour le projet de requalification des espaces publics qui entourent les palais de justice aixois (les palais « Verdun » et « Monclar »).

Le programme dont le devis global est estimé à 15,36 millions d’euros TTC concerne un périmètre de 1,7 hectare qui englobe les places des Prêcheurs, de la Madeleine et Verdun ainsi que les abords du palais Monclar et la rue Thiers, principal axe de desserte du site judiciaire.

Les objectifs de l’opération sont dans le droit fil des prescriptions duplan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) du centre historique. Ce document publié en juin 2012, après une décennie de polémiques, fixe des obligations de protection de la centaine de monuments et autres sites classés qui jalonnent les 69 hectares du cœur de la cité du Roi René.

Piétonnisation totale

A terme, le projet prévoit une piétonnisation totale de l’espace. Une vraie gageure au regard de son usage actuel, largement préempté par l’automobile : hormis les jours de marché (trois matinées par semaine), les trois places qui jouxtent le pôle judiciaire (les places Verdun, de la Madeleine et des Prêcheurs) servent aujourd’hui de parking. La suppression du stationnement en surface pourrait passer par la réalisation d’un nouveau parking sous l’école des Arts et Métiers, à deux cents mètres du site. Déjà passablement compliquée, cette ambition devra se coltiner un autre défi : la volonté de la ville de ne pas modifier le plan de circulation actuel afin de ne pas perturber l’activité de la Cour d’appel, emblème autant que poumon économique du centre ville.

La ville compte par ailleurs profiter de ce lifting pour moderniser les réseaux et l’éclairage public. Cette volonté explique l’intégration de la rue Thiers au projet, cette voie assurant le raccordement du réseau pluvial à la galerie existante sous le Cours Mirabeau.

Les architectes devront également anticiper la piétonisation en prévoyant l’installation de bornes d’accès et de bornes électriques pour les forains.

Enfin, sans surprise, ils devront repenser le traitement de surface et le mobilier urbain.

Trente mois de travaux

Le lauréat sera désigné au second semestre 2016. Sa mission sera limitée à la définition du projet et au suivi des plans d’exécution. Contrairement à l’usage, la ville envisage en effet d’assurer en régie le pilotage des travaux et des opérations de réception.

Les travaux devraient démarrer à la fin 2016 (devis estimé : 14,31 M€ TTC). Leur durée est évaluée à une trentaine de mois (dont plusieurs mois de fouilles archéologiques préventives, le pôle judiciaire qui abrite aujourd’hui la cour d’appel étant situé sur l’emplacement de l’ancien palais des comtes de Provence, rasé avant la Révolution en raison de son délabrement).

 

aix-quatre-urbanistes-en-lice-pour-la-requalification-des-abords-du-palais-de-justice.pdf

FacebookTwitterGoogle+